• Moi je n'étais rien 
    Et voilà qu'aujourd'hui
    Je suis le gardien 
    Du sommeil de ses nuits
    Je l'aime à mourir
    Vous pouvez détruire 
    Tout ce qu'il vous plaira
    Elle n'aura qu'à ouvrir 
    L'espace de ses bras
    Pour tout reconstruire 
    Pour tout reconstruire
    Je l'aime à mourir

    Elle a gommé les chiffres 
    Des horloges du quartier
    Elle a fait de ma vie 
    Des cocottes en papier
    Des éclats de rires
    Elle a bâti des ponts 
    Entre nous et le ciel
    Et nous les traversons 
    À chaque fois qu'elle
    Ne veut pas dormir 
    Ne veut pas dormir
    Je l'aime à mourir

    Elle a dû faire toutes les guerres
    Pour être si forte aujourd'hui
    Elle a dû faire toutes les guerres
    De la vie, et l'amour aussi

    Elle vit de son mieux 
    Son rêve d'opaline
    Elle danse au milieu 
    Des forêts qu'elle dessine
    Je l'aime à mourir
    Elle porte des rubans 
    Qu'elle laisse s'envoler
    Elle me chante souvent 
    Que j'ai tort d'essayer
    De les retenir 
    De les retenir
    Je l'aime à mourir

    Pour monter dans sa grotte 
    Cachée sous les toits
    Je dois clouer des notes 
    À mes sabots de bois
    Je l'aime à mourir
    Je dois juste m'asseoir 
    Je ne dois pas parler
    Je ne dois rien vouloir 
    Je dois juste essayer
    De lui appartenir 
    De lui appartenir
    Je l'aime à mourir

    Elle a dû faire toutes les guerres
    Pour être si forte aujourd'hui
    Elle a dû faire toutes les guerres
    De la vie, et l'amour aussi

    Moi je n'étais rien 
    Et voilà qu'aujourd'hui
    Je suis le gardien 
    Du sommeil de ses nuits
    Je l'aime à mourir
    Vous pouvez détruire 
    Tout ce qu'il vous plaira
    Elle n'aura qu'à ouvrir 
    L'espace de ses bras
    Pour tout reconstruire 
    Pour tout reconstruire
    Je l'aime à mourir


    votre commentaire
  • Comme un fou va jeter à la mer
    Des bouteilles vides et puis espère
    Qu'on pourra lire à travers
    S.O.S. s'écrit avec de l'air
    Pour te dire que je me sens seul
    Je dessine à l'encre vide un désert

    Et je cours
    Je me raccroche à la vie
    Je me saoule avec le bruit
    Des corps qui m'entourent
    Comme des lianes nouées de tresses
    Sans comprendre la détresse
    Des mots que j'envoie

    Difficile d'appeler au secours
    Quand tant de drames nous oppressent
    Et les larmes nouées de stress
    Étouffent un peu plus les cris d'amour
    De ceux qui sont dans la faiblesse
    Et dans un dernier espoir, disparaissent

    Et je cours
    Je me raccroche à la vie
    Je me saoule avec le bruit
    Des corps qui m'entourent
    Comme des lianes nouées de tresses
    Sans comprendre la détresse
    Des mots que j'envoie

    Tous les cris les S.O.S.
    Partent dans les airs
    Dans l'eau, laissent une trace
    Dont les écumes font la beauté
    Pris dans leur vaisseau de verre
    Les messages luttent
    Mais les vagues les ramènent
    En pierres d'étoiles sur les rochers

    Et j'ai ramassé les bouts de verre
    J'ai recollé tous les morceaux
    Tout était clair comme de l'eau
    Contre le passé, y'a rien à faire
    Il faudrait changer les héros
    Dans un monde où le plus beau reste à faire

    Et je cours
    Je me raccroche à la vie
    Je me saoule avec le bruit
    Des corps qui m'entourent
    Comme des lianes nouées de tresses
    Sans comprendre la détresse
    Des mots que j'envoie

    Tous les cris les S.O.S.
    Partent dans les airs
    Dans l'eau, laissent une trace
    Dont les écumes font la beauté
    Pris dans leur vaisseau de verre
    Les messages luttent
    Mais les vagues les ramènent
    En pierres d'étoiles sur les rochers


    votre commentaire
  • Petite Marie, je parle de toi
    Parce qu'avec ta petite voix
    Tes petites manies
    Tu as versé sur ma vie
    Des milliers de roses

    Petite furie, je me bats pour toi
    Pour que dans dix mille ans de ça
    On se retrouve à l'abri
    Sous un ciel aussi joli
    Que des milliers de roses

    Je viens du ciel et les étoiles entre elles
    Ne parlent que de toi
    D'un musicien qui fait jouer ses mains
    Sur un morceau de bois
    De leur amour plus bleu que le ciel autour

    Petite Marie, je t'attends transi
    Sous une tuile de ton toit
    Le vent de la nuit froide 
    Me renvoie la ballade
    Que j'avais écrite pour toi

    Petite furie, tu dis que la vie
    C'est une bague à chaque doigt
    Au soleil de Floride
    Moi mes poches sont vides
    Et mes yeux pleurent de froid

    Je viens du ciel et les étoiles entre elles
    Ne parlent que de toi
    D'un musicien qui fait jouer ses mains
    Sur un morceau de bois
    De leur amour plus beau que le ciel autour

    Dans la pénombre de ta rue
    Petite Marie, m'entends-tu ?
    Je n'attends plus que toi pour partir

    Dans la pénombre de ta rue
    Petite Marie, m'entends-tu ?
    Je n'attends plus que toi pour partir

    Je viens du ciel et les étoiles entre elles
    Ne parlent que de toi
    D'un musicien qui fait jouer ses mains
    Sur un morceau de bois
    De leur amour plus bleu que le ciel autour


    votre commentaire
  • Oh pagaie,Oh pagaie!
    Ou t'as mis la pagaie?
    Là bas sous le cocotier
    le croco, il l'a mangé
    On peux plus pagayer!
    Mais on peut chanter plus fort


    -on peut chanter ce chant de plus en plus fort ou de plus en plus vite.


    votre commentaire
  •  

    (Refrain) On va a la chasse à l ours
    on va a la chasse a l ours ( avec plus de conviction )
    Ahouha 
    Ahouha ( plus fort )


    y a un ravin 
    un grand ravin
    on peut pas passer d un cote
    on peut pas passer de l autre cote
    alors il faut sauter .. HOP
    (Refrain)
    y a un arbre 
    un grand arbre
    on peut pas passer d un cote
    on peut pas passer de l autre cote
    alors il faut grimper .. (bruit du gars qui grimpe .. )


    (Refrain)


    y a un tunnel 
    un petit tunnel
    on peut pas passer d un cote
    on peut pas passer de l autre cote
    alors il faut ramper .. (bruit du gars qui rampe .. )


    (Refrain)


    y a une montagne 
    une grosse montagne
    on peut pas passer d un cote
    on peut pas passer de l autre cote
    alors il faut escalader .. (bruit du gars qui escalade .. )

    (R)


    y a un lac 
    un grand lac
    on peut pas passer d un cote
    on peut pas passer de l autre cote
    alors il faut nager .. (bruit du gars qui nage .. )


    (R)


    ...... vous ajoutez autant d obstacle que vous voulez 
    il y a une grotte
    une grand grotte
    il y a des yeux
    des grands yeux
    il y a des poils
    des longs poils
    il y a des dents
    des grandes dents
    C EST UN OURS .. AU SECOURS !!!
    .... et on refait tous les mimes en sens inverse
    OUF !!!


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique