• Chapitre 1 : Territoires du quotidien

    Chapitre 1 :<o:p></o:p>

    Territoires du quotidien<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    A)  Étude de cas : la rénovation du quartier pasteur à Nice<o:p></o:p>

    1)   Un quartier de Nice, Pasteur<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p><o:p></o:p>

    Il est situé au nord-est de Nice à la rive droite du paillon et il est bordé par Rimiez, St-Roch, Cimiez<o:p></o:p>

    La ville de Nice est associée à des communes voisines avec laquelle elle forme : la communauté urbaine Nice cote d’azur  (CUNCA).<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    C’est un quartier en retard sur les autres quartiers de la ville. Il est classé dans les zones urbaines sensibles (ZUS) et ce quartier connait un fort taux de chômage. Le quartier est dégradé, les revenus sont moins important ils ont donc besoin d’être renoués.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Le quartier pasteur fait l’objet d’une rénovation.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    2)   Une rénovation pour qui et comment<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Dans le cadre de l’aménagement du territoire, l’état a décidé en partenariat avec les municipalités de rénovés les quartiers déshérités.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Leur objectif est d’améliorer le cadre de vie (les habitations, les espaces verts) dans l’esprit du développement durable ; créer des équipements publics (école, la poste…) ; créer de l’emploi (commerçants) ; supprimer les ghettos urbains.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    C’est dans ce contexte que la CUNCA dans son plan local d’urbanisation (PLU) a décidé la rénovation de trois de ses quartiers (pasteur ; l’Ariane ; les moulins)<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Le cout<o:p></o:p>

    Les acteurs<o:p></o:p>

    Les aménagements<o:p></o:p>

    33 millions<o:p></o:p>

    Conseil général<o:p></o:p>

    Conseil régional<o:p></o:p>

    La mairie<o:p></o:p>

    Les collectivités territoriales<o:p></o:p>

    Les associations<o:p></o:p>

    L’état<o:p></o:p>

    Les entreprises<o:p></o:p>

    Les habitants<o:p></o:p>

    Logement<o:p></o:p>

    circulation<o:p></o:p>

    Loisirs et culture<o:p></o:p>

    HLM rénové<o:p></o:p>

    Reconstruction d’habitations avec des équipements neufs<o:p></o:p>

    Piste cyclable le long du paillon<o:p></o:p>

    Prolongement du tram jusqu’à l’entrée de l’hôpital Pasteur 2<o:p></o:p>

    Bibliothèque<o:p></o:p>

    Jardin<o:p></o:p>

    Salle polyvalente<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    3)   La rénovation du quartier en débat<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Les citoyens sont les premiers concernés par la rénovation, ils en sont les bénéficiaires, mais aussi les acteurs de ce projet : ils y sont associés è lors des élections locales chaque citoyen par le vote désigne les décideurs. Les citoyens peuvent agir de manière collective par le biais d’associations, de manifestations ou de pétitions. La ville de Nice a crée la maison du projet urbain pasteur dans le but d’informer et de concerter les habitants.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    B)  Acteurs et enjeux de l’aménagement du territoire<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    L’aménagement du territoire, c’est une modification de l’organisation de l’espace dans le but de réduire les inégalités entre les territoires, et de les valoriser.<o:p></o:p>

    Tout aménagement doit s’effectuer dans le cadre du développement durable des territoires.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    1)   Des acteurs nombreux à toutes échelles

     

    Capture d’écran 2012-07-02 à 17.55.49
    a)   L’état, le « chef d’orchestre »

    C’est l’état qui définit les grandes orientations par l’intermédiaire de la DATAR (délégation à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale).<o:p></o:p>

    La DATAR lance des appels à projet, puis devient partenaire des projets locaux, car aujourd’hui ce sont les collectivités territoriales qui mènent les aménagements.<o:p></o:p>

    L’aménagement du territoire est donc décentralisé.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    C’est la loi de décentralisation de 1983 (renforcée en 2004) qui a transféré une grande partie des pouvoirs de l’état vers les régions, les départements et les communes en matière d’aménagement.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Dans certains cas, l’union européenne peut fournir une aide par le biais du FEDER (Fonds européens de développement régional). L’union européenne devient donc dans ce cas un nouvel acteur de l’aménagement, à l’échelon supranational cette fois.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    b)   Les collectivités territoriales au cœur de l’aménagement<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Les acteurs locaux mènent les aménagements, en partenariat avec l’état.<o:p></o:p>

    Ce sont :<o:p></o:p>

    -        Les communes représentées par le conseil municipal<o:p></o:p>

    -        Le regroupement de communes : communauté de communes, communautés d’agglomérations, communauté urbaine<o:p></o:p>

    -        Les départements représentés par les conseils généraux<o:p></o:p>

    -        Les régions représentées par les conseils régionaux<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Ils constituent les collectivités territoriales qui forment un système d’échelles emboités.<o:p></o:p>

    Ce « mille-feuilles » administratif est unique au monde.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    c)   Les entreprises<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Les entreprises réalisent les aménagements : construction de routes, de barrages, de bâtiments, d’espaces verts… <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    d)   Les citoyens<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p><o:p></o:p>

    De plus en plus, les citoyens sont associés aux projets d’aménagements.<o:p></o:p>

    Ils sont : <o:p></o:p>

    -        Informés par affichages, voie de presse, par des structures dédiées au projet (maison du projet)<o:p></o:p>

    -        Consultés à l’occasion des élections (choix des « décideurs »), à l’occasion de débats organisés par les conseils de quartier.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Les citoyens peuvent aussi faire pression sur les décideurs par le biais d’associations, de rassemblements, ou de manifestations.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Les projets sont financés par l’intermédiaire des impôts.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    2)   Des enjeux multiples<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    a)   La cohésion territoriale<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p><o:p></o:p>

    C’est « assurer à chaque citoyen l’égalité des chances sur l’ensemble du territoire »<o:p></o:p>

    L’aménagement du territoire vise donc à corriger les déséquilibres sociaux-spatiaux à toutes les échelles comme entre les quartiers d’une ville ou entre les régions de France.<o:p></o:p>

    L’aménagement s’effectue donc dans le cadre du SCOT (schéma de cohérence territoriale)<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    b)   Le développement durable<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Il est de tous mes aménagements, même s’il est difficile de concilier le développement économique, l’accroissement de la population et la sauvegarde de l’environnement.<o:p></o:p>

    Aucun projet d’aménagement ne sera validé s’il ne prend en compte cette dimension. La tendance s’accentue, notamment depuis le grenelle de l’environnement. <o:p></o:p>

    Ex : la loi « grenelle 1 » de 2009 sur les transports urbains privilégie le tramway et les transports doux (vélo, marche).<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    c)   La compétitivité des territoires<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Pour attirer des entreprises et créer de l’emploi, les territoires doivent être compétitifs, à l’échelle locale (quartiers d’une même ville, villes entre elles), mais aussi à l’échèle nationale (régions entre elles) voire internationale.<o:p></o:p>

    Ex : Sophia Antipolis est un pôle de compétitivité à l’échelle mondiale.<o:p></o:p>

    <o:p></o:p>


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :