• Chapitre 4 De l’œil au cerveau

    Chapitre 4<o:p></o:p>

    De l’œil au cerveau<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    I)             organisation fonctionnelle de l’œil et ses disfonctionnements<o:p></o:p>

    Comment perçoit-on visuellement notre environnement ?<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    1)  Dissection<o:p></o:p>

    http://www.exploratorium.edu/learning_studio/cow_eye/step01.html<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    2)  Le cristallin<o:p></o:p>

    Le cristallin est une lentille qui permet de projeter une image renversée d’un objet sur la rétine.<o:p></o:p>

    Les défauts du cristallin peuvent conduire à des défauts de vision : myopie, presbytie, cataracte …<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    3)  La rétine<o:p></o:p>

    Les cônes et les bâtonnets sont responsables de la conversion de l’énergie lumineuse en message nerveux<o:p></o:p>

    Les cônes sont concentrés au niveau de la fovéa alors que les bâtonnets sont situés à la périphérie de cette dernière<o:p></o:p>

    Quand le champs visuel est moins grand il se trouve plus près de la fovéa pour la vision des couleurs et les cônes sont concentrés autour de la fovéa : ce sont eux qui sont responsables de la vision des couleurs<o:p></o:p>

    Les molécules sont des protéines : les bâtonnets sont des opsines et les cônes sont des rhodopsines <o:p></o:p>

    Il y a trois sortes d’opsines qui absorbe trois couleurs et qui permettent donc une vision trichromatique du monde : <o:p></o:p>

    - Les opsines L qui absorbe les longueurs d’ondes de 560 nm (Rouge)<o:p></o:p>

    - Les opsines M qui absorbe les longueurs d’ondes de 530 nm (Vert)<o:p></o:p>

    - Les opsines S qui absorbe les longueurs d’ondes de 420 nm (Bleu)<o:p></o:p>

    Le gène de la rhodopsine se situe sur le chromosome 3<o:p></o:p>

    Le gène de l’opsine S se situe sur le chromosome 7<o:p></o:p>

    Le gène de l’opsine L et M se situe sur le chromosome X<o:p></o:p>

    Les protéines sont codées par des gènes différents et non par des allèles d’un gène, on parle de familles multigéniques<o:p></o:p>

    Les séquences nucléotidiques ont un fort pourcentage de ressemblance : tous ces gènes dérivent d’un même gène ancestral qui se serait dupliqué, transposé et qui aurait muté<o:p></o:p>


     

     

    Sans titre6
     

    <o:p> </o:p>

    Plus le nombre de ressemblance entre les opsines des primates sont grands plus les liens de parentés sont grands : les opsines humaines et les opsines de chimpanzés sont identiques è ils ont tous les deux un ancêtres communs très récents

    <o:p></o:p>

     
    Sans titre7
     

    Les alouates possèdent le gène S sur le chromosome 7 et sur le chromosome X soit le gène M soit le gène L<o:p></o:p>

    Ils distinguent deux couleurs bleu/rouge ou bleu/vert. Ils ont un ancêtre commun éloigné avec les autres singes. La séparation entre les groupes datent d’avant la seconde duplication de l’opsine.<o:p></o:p>

    Chez les daltoniens les gènes qui codent pour les opsines sont soit absents soit ils ne s’expriment pas<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    I)             Interprétation du message sensitif visuel par le cerveau et perturbation possible de la vision<o:p></o:p>

    1)  Perception visuelle<o:p></o:p>

    Toutes les informations visuelles se projettent sur les aires V1 et V2 ce qui permet d’avoir conscience d’une image. Cette information est distribuée aux autres aires visuelles<o:p></o:p>

    V3 perçoit les formes<o:p></o:p>

    V4 les couleurs<o:p></o:p>

    V5 les mouvements<o:p></o:p>

    D’autres aires associatives perçoivent les visages<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    2)  Voies visuelles<o:p></o:p>

    Le nerf optique droit transmet les informations de l’œil droit<o:p></o:p>

    Les informations perçues par la rétine nasale se croisent au niveau du chiasma<o:p></o:p>

    Quand on lèse C on perd les informations qui se projette sur la rétine temporal droite et sur la rétine nasale gauche

     

    Sans titre8
     

    Le champ visuel de l’œil est divisé en deux chacune des moitiés est perçu par un hémisphère différent. Cela est possible car les nerfs optiques se croisent partiellement au niveau du chiasma. Cette particularité rend notre cerveau beaucoup moins vulnérable. Si l’un des nerfs est lésé chaque hémisphère pourra recevoir des informations en provenance des deux yeux.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    1)  Perturbation de la perception visuelle<o:p></o:p>

    La prise de LSD provoque des hallucinations visuelles et déforme la réalité

    On suppose que cette molécule perturbe la transmission des informations jusqu’au aires visuelles

    Le LSD ressemble à la sérotonine, un neurotransmetteur, et se fixe sur les mêmes récepteurs se trouvant sur les corps genouillés latéraux (relais entre la rétine et les aires visuelles du cortex occipital). Le LSD perturbe la transmission des informations visuelles et le cerveau perçoit mal la réalité.

    <o:p> </o:p>

    2)  Plasticité cérébrale<o:p></o:p>

    Il existe une aire visuelle spécialisée (VWFA) dans la reconnaissance des mots écrits. Elle est localisée dans l’hémisphère gauche près de l’aire de reconnaissance des visages. Après un AVC, un individu a des troubles de la lecture. Une IRM révèle que la VWFA est lésé. Après un an de rééducation le patient compense en recrutant des neurones dans l’hémisphère droit.

    <o:p></o:p>


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :