• Chapitre 6 : La fin des régimes totalitaires

    Chapitre 6 :<o:p></o:p>

    La fin des régimes totalitaires<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Le fascisme italien sombre pendant la seconde guerre mondiale. <o:p></o:p>

    Le nazisme est vaincu en 1945.<o:p></o:p>

    Le régime soviétique survit à la guerre.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    A) La dénazification de l’Allemagne<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Le 8 mai 1945, l’Allemagne capitule : c’est la chute du 3° Reich. Hitler s’est suicidé le 30 avril mais l’idéologie lui survit.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    1)  L’Allemagne au banc des accusés<o:p></o:p>

    La conférence de Yalta avait préparé le sort de l’Allemagne : <o:p></o:p>

    -       Occupation quadripartite par les 4 alliés<o:p></o:p>

    -       Les symboles du nazisme seront détruits (changement du nom des rues, effacement des croix gammées)<o:p></o:p>

    -       Les alliés recréent des structures démocratiques (encouragement à la création de syndicats et au multipartisme)<o:p></o:p>

    -       Rééducation de la population<o:p></o:p>

    -       Punition des criminels (libération de la société)<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Pour la première fois des hommes seront jugés pour leurs actes pendant une guerre, on forme un tribunal d’exception issu des quatre pays alliés : c’est le premier tribunal international qui va siéger à Nuremberg de novembre 45 à octobre 46.<o:p></o:p>

    22 dignitaires sont jugés et parmi eux Goering. Il y aura 3 chefs d’inculpation : crime contre la paix, crime de guerre et crime contre l’humanité. <o:p></o:p>

    Il y aura 12 condamnations à mort, 3 prisons à vie, et 3 acquittés.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Le procès de Nuremberg est un procès entièrement filmé pour être un procès historique.<o:p></o:p>

    De plus c’est un procès équitable (avocat/juge) et il est relayé par les médias. <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Mais la spécificité de la shoah n’as pas été clairement identifié è les victimes des camps qui sont présentés sont de tout horizon (juif, malades mentaux, handicapés, témoins de Jéhovah) la découverte de ce génocide se fera que quelque années plus tard. Certains pensent aussi que l’URSS n’a pas une place légitime en tant que juge dans ce procès, en effet l’URSS avait fait un pacte avec Hitler et l’URSS a fait le massacre de Katyn (ils ont tué des officiers polonais par balle et les jetés dans des fosses)<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    2) La dénazification abrégée par la guerre froide<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Dans la zone d’occupation soviétique la dénazification tourne à la conversion au communisme. À l’ouest les alliées accélèrent la mise en place de structure démocratique pour faire obstacle aux manœuvres de Staline. Le blocus de Berlin (1948-1949) provoque le partage de l’Allemagne en deux états.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

     

    capture-d-ecran-2012-06-23-a-22-56-35
     

    <o:p> </o:p>

    Ainsi 1949 marque l’arrêt de la dénazification alors qu’elle n’est pas achevée. Le premier chancelier d’Allemagne de l’ouest est Konrad Adenauer, il va même faire voter une loi d’amnistie au nom de la réconciliation nationale.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    B) Le régime soviétique incapable de se réformer<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    1)  L’espoir déçu de la déstalinisation<o:p></o:p>

    Le communisme a réussi à survivre à a guerre. La victoire de 1945 profite à Staline qui renforce son pouvoir personnel. Sa mort en 1953 déclenche une crise de succession. Khrouchtchev fini par s’imposer en 1956 et va essayer de réformer le régime. Il va tenter ceci à l’occasion du XX° congrès du parti communiste. Khrouchtchev critique son prédécesseur et procède à la déstalinisation, laisse sortir 1 millions de personnes du goulag, supprime le culte de la personnalité, et propose une direction collégiale avec des débats.<o:p></o:p>

    Mais la déstalinisation a des limites : <o:p></o:p>

    -       il n’y a pas de remise en cause du communisme<o:p></o:p>

    -       il n’y a pas de rétablissement de liberté individuelle<o:p></o:p>

    -       répression violente en Hongrie, un pays satellite qui conteste la domination soviétique en 1956 (émeute à Budapest)<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    En 1960 Khrouchtchev lance des réformes économiques dans son pays mais c’est un échec. En 1962 c’est l’échec de la crise de cuba et Khrouchtchev est pousser à la démission par son entourage en 1964<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    2)  Le retour à la fermeté avec Brejnev<o:p></o:p>

    Le successeur de Khrouchtchev restaure le culte de la personnalité et la répression des opposants : les intellectuels dissidents (Alexandre Soljenitsyne) sont la cible du régime.<o:p></o:p>

    Ils sont mis en résidence surveillées ou internées en hôpital psychiatrique. Mais les pression de la société civile son de plus en plus forte en URSS. Ils veulent plus de liberté et Brejnev va devoir composer avec son peuple.<o:p></o:p>

    Mais la principale difficulté vient de l’économie à la fin des années 1970. L’URSS est au bord de la faillite : c’est l’échec du collectivisme.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    3)  Gorbatchev et l’effondrement du régime soviétique<o:p></o:p>

    En 1985, le nouveau dirigeant Michael Gorbatchev a pour mission de réformer le système pour le sauver.<o:p></o:p>

    Il engage une politique de transparence appelé « glasnost » : c’est la libération de la parole ; avant d’entamer la reconstruction appelée la « perestroïka ».<o:p></o:p>

    Mais Gorbatchev est vite dépassé par les revendications en Urss et dans les pays satellites. Les russes revendiquent la suppression du communisme, il doit affronter les revendications des nationalités comme les lituaniens en république balte. Gorbatchev ne sait pas comment agir. Les pays satellites veulent sortir du communisme. Gorbatchev laisse les pays d’Europe centrale et orientale (PECO) sortir du communisme : cela entraine la chute du mur de Berlin et du rideau de fer.<o:p></o:p>

    Les PECO abandonnent sans violence le communisme hormis la Roumanie. <o:p></o:p>

    En Urss Gorbatchev est isolé dans sa politique de réforme. Il y a des adversaires des 2 côtés.<o:p></o:p>

     

    Capture d’écran 2012-07-02 à 15.43.36

    1991 : putsch des conservateurs.<o:p></o:p>

    Gorbatchev démissionne le 25 décembre 1991. L’URSS disparaît et donne naissance à 15 états indépendant parmi eux : la Russie<o:p></o:p>


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :