• L.A Hugo L’échafaud

    Hugo<o:p></o:p>

    L’échafaud<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    I)             Introduction<o:p></o:p>

    1)  Situation<o:p></o:p>

    A)   Les contextes<o:p></o:p>

    Une révolution poétique est en marche grâce au mouvement romantique è renouveau lyrique è subjectivité du poète prend une place plus importante<o:p></o:p>

    Les romantiques recherchent la simplicité è assouplissement des règles de la versification <o:p></o:p>

    La seconde génération de romantique est marquée par un désenchantement è ils ne croient plus à la poésie<o:p></o:p>

    Les parnassiens se nourrissent de la beauté et de l’art pour l’art è poésie formelle avec des thèmes antiques<o:p></o:p>

    L’excès des parnassiens les transforme en symboliste è fondée sur l’art de la suggestion et du symbole les métaphores et comparaison sont très fréquentes et forme une nouvelle forme de musicalité<o:p></o:p>

    Il y a un fort dépassement du réel chez les symbolistes qui sera de plus en plus repris par les postsymbolistes.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    B)   Biographie de l’auteur<o:p></o:p>

    Victor Hugo était un grand dramaturge, écrivain, poète, politicien français. Né à Besançon en 1802, il décédera 83 ans plu tard, en 1885, à Paris : il aura donc traversé tout le 19ème siècle. Il vivra à Madrid de 1812 à 1820, jusqu’au divorce de ces parents, puis il partira à Paris avec sa mère. A 14 ans, âge où il commencera à écrire, il marquera dans son journal : « Je veux être comme Chateaubriand ». A 19 ans sa mère décède. Ensuite, en 1822, il se mariera avec Adèle Foucher avec la quelle il eu 5 enfants et écrira son premier roman historique en 1831 : « Notre dame de Paris » dans le quelle il raconte l’histoire d’une jeune gitane et d’un bossu. En 1843, sa fille, Léopoldine, se noie sous ses yeux dans la seine. Très affecté par la mort de cette dernière, il écrira « Les contemplations » et notamment le célèbre poème : « Demain dès l’aube ... ». En exile à Jersey à partir de 1851 à cause du coup d’état de Napoléon III, il ne reviendra à Paris qu’en 1871. Durant son exile, il écrira les « Châtiments » dans le quelle il ne cessera de critiquer le pouvoir en place à l’époque et surtout Napoléon III. En 1851, pour fêter ces 80 ans, on créera l’Avenue Victor Hugo. Contre la richesse il ne cessera de soutenir les pauvres ...<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    C)   L’œuvre <o:p></o:p>

    La légende des siècles fait parti des trois grands recueils poétiques de l’exil de Hugo (dont les châtiments et les contemplations font partie). Ce recueil vise la période de napoléon III : c’est la poésie de l’argumentation qui essaye de faire un panorama de l’histoire des hommes et de la société au cours du temps jusqu’à l’époque contemporaine et romantique de Hugo dont il fait parti. Ce recueil a été publié clandestinement en 1859 puis il a été réédité publiquement en 1883.<o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    D)   L’extrait<o:p></o:p>

    Hugo s’intéresse à la peine de mort avec « dernier jour d’un condamné » qui avec un élan lyrique va donner à son texte un titre particulièrement explicite « l’échafaud ». Il veut faire adhérer son lecteur à une cause : dénoncer la peine de mort qui est pleine d’inhumanité, d’immoralité, de barbarie. C’est un poème à la fois descriptif et narratif mais il est surtout argumentatif contre la peine de mort et la guillotine.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    2)  La lecture<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    3)  Intérêt général du texte<o:p></o:p>

    Sur un sujet très repris et très controversé, par quels choix Hugo renouvelle ce débat ancien. (Ici le choix de Hugo passe par la dimension du registre fantastique qui met en avant un objet concret (la guillotine) qui se transforme en un monstre maléfique è transfiguration dans l’horreur de la guillotine dans la nuit : c’est un bel objet qui devient maléfique <o:p></o:p>

    Par les métaphores imagées Hugo veut effrayer le lecteur pour l’objet qui va permettre un intérêt du lecteur qui doit adhérer à la thèse de Victor Hugo<o:p></o:p>

    La thèse est implicite avec une connotation négative mais elle est claire pour n’importe quel lecteur<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    4)  Problématique / plan<o:p></o:p>

    - La description d’un échafaud terrifient et la narration<o:p></o:p>

    - Un poème argumentation engagé pour présenter le poète seul contre tous<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    II)          Écriture<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    I.              Un échafaud terrifiant<o:p></o:p>

    A)  Un cadre spatio-temporel inquiétant<o:p></o:p>

    1.    Du jour à la nuit<o:p></o:p>

    Lexique lumière renvoie guillotine è jour vers la nuit<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    2.    Le lieu du supplice<o:p></o:p>

    Poète seul dans un face-à-face nocturne avec l’échafaud (antithèse entre la foule et je)<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    B)  La métamorphose de l’échafaud<o:p></o:p>

    1.    Du beau au laid<o:p></o:p>

    Guillotine : objet esthétique è hideux et monstrueux et suscite l’angoisse <o:p></o:p>

     <o:p></o:p>

    2.    Un registre fantastique<o:p></o:p>

    L’échafaud est animé et se transforme en monstre assoiffé de sang<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    C)  La guillotine : un monstre sanguinaire<o:p></o:p>

    1.    Personnification de la peine de mort<o:p></o:p>

    Personnification è elle a des valets + verbes d’actions<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    2.    Le gout du sang<o:p></o:p>

    Couleur rouge sang vient faire tache sur le noir du soir<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    3.    Tremblez !<o:p></o:p>

    Symbole de désolation et de mort è lecteur menacé par l’échafaud<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    II.           Un poète seul contre tous<o:p></o:p>

    A)  Le poète et la foule<o:p></o:p>

    1.    Solitude du poète <o:p></o:p>

    Opposition entre la foule et le je du poète<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    2.    Isolement physique<o:p></o:p>

    Il est seul sur la place après le supplice<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    3.    Isolement moral<o:p></o:p>

    Partage pas les pensées criminelles du peuple è réprouve l’homme qui admire ce spectacle de la peine capitale<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    B)  Un poète témoin et juge<o:p></o:p>

    1.    Un témoin privilégié<o:p></o:p>

    Poète = spectateur attentif de la scène<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    2.    Attitude critique<o:p></o:p>

    Poète = témoin s’engage dans la scène è lexique subjectif + ironie + hyperbole + apostrophe è dérision<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    C)  Un poète pessimiste<o:p></o:p>

    1.    Combat entre l’étoile et l’échafaud<o:p></o:p>

    Combat entre la raison et le sang è lexique guerre è dimension épique<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    2.    La victoire de l’échafaud<o:p></o:p>

    Échafaud l’emporte è loi des hommes triomphe face à une loi plus sage è triomphe de la voix terrestre sanguinaire et échec de la voix céleste<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    3.    Un pessimisme final à nuancer<o:p></o:p>

    L’esprit et le poète sont blessés mais pas morts è poème s’achève sur le mot étoile<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    III)        Conclusion <o:p></o:p>

    C’est un poème argumentatif et dénonce la barbarie de la peine capitale è Hugo s’est battu pendant toute sa vie contre ça mais il faudra attendre 1981 pour qu’elle soit abolie en France <o:p></o:p>

    è Voir le dernier jour d’un condamné<o:p></o:p>


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 28 Septembre à 18:14

    Merci

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :