• Statistiques interférentielles en épidémiologie

    Statistiques interférentielles en épidémiologie<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    Capture d’écran 2014-08-13 à 19.43.14


    <o:p></o:p>

    Une hypothèse est une relation entre deux variables, une problématique de recherche.<o:p></o:p>

    Une inférence permet une généralisation à partir d’un échantillon, d’une population source jusqu’à une population cible.<o:p></o:p>

    Le risque est une probabilité d’être atteint d’une maladie.<o:p></o:p>

    Le risque relatif est le risque d’être exposé sur le risque d’être non exposé.<o:p></o:p>

    Le facteur de risque est un facteur influençant la survenue d’un problème de santé.<o:p></o:p>

    L’intervalle de confiance du risque relatif = 95%<o:p></o:p>

    Si l’intervalle contient 1 alors l’association est dite non significative et p ≥ 5%<o:p></o:p>

    Si l’intervalle ne contient pas 1 alors l’association est dite significative et p < 0,05<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    I)            Problème des enquêtes d’observation<o:p></o:p>

    Biais de sélection<o:p></o:p>

    Constitution des groupes, non représentatif<o:p></o:p>

    Réglé par un TAS<o:p></o:p>

    Biais de mesure<o:p></o:p>

    Mesure de l’exposition à la maladie en sous/surestimation<o:p></o:p>

    On doit bien faire la distinction entre malades et non malades<o:p></o:p>

    Problème de comparabilité des groupes<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    Biais de confusion<o:p></o:p>

    Concerne la non comparabilité des groupes pour différents facteurs autre que la facteur étudié<o:p></o:p>

    Il faut bien appareiller et ajuster les groupes<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    II)         Enquête de cohorte<o:p></o:p>

    C’est une enquête prospective sur l’exposition au facteur de risque chez un individu sain<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Malade<o:p></o:p>

    Non malade<o:p></o:p>

    Total <o:p></o:p>

    Exposition<o:p></o:p>

    a<o:p></o:p>

    b<o:p></o:p>

    a + b<o:p></o:p>

    Non exposition<o:p></o:p>

    c<o:p></o:p>

    d<o:p></o:p>

    c + d<o:p></o:p>

    Total <o:p></o:p>

    a + c<o:p></o:p>

    b + d<o:p></o:p>

    N<o:p></o:p>

    Le risque relatif = <o:p></o:p>

    Capture d’écran 2014-08-13 à 19.43.23

     

    <o:p> </o:p>

    Avantages <o:p></o:p>

    Inconvénients <o:p></o:p>

    Estimation directe du risque relatif<o:p></o:p>

    Meilleure adaptation<o:p></o:p>

    Contrôle de biais<o:p></o:p>

    Évaluation de l’influence facteur étudié<o:p></o:p>

    Étude longue et couteuse<o:p></o:p>

    Effectif important<o:p></o:p>

    Besoin d’une population stable<o:p></o:p>

    Incubation stable<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    III)      Enquête cas témoins<o:p></o:p>

    C’est une enquête rétrospective qui compare des sujets atteints d’une maladie à un sujet indemne par rapport à une exposition passé<o:p></o:p>

    Il n’y a pas de risque relatif mais des odds-ratio (si la maladie est rare)

    Capture d’écran 2014-08-13 à 19.45.04

     

     

    <o:p> </o:p>

    Avantages <o:p></o:p>

    Inconvénients <o:p></o:p>

    Enquête de courte durée<o:p></o:p>

    Cout modéré<o:p></o:p>

    Étude maladie rare et plusieurs facteurs<o:p></o:p>

    Peut être refaite plusieurs fois<o:p></o:p>

    Sélection délicate<o:p></o:p>

    Biais difficile à contrôler<o:p></o:p>

    Évaluation indirecte du risque relatif<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    IV)      Enquête transversale<o:p></o:p>

    On étudie l’existence de l’exposition et de la maladie<o:p></o:p>

    Elles sont mal adaptées aux études analytiques<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    V)         Puissance d’un test (1 – β = 80%)<o:p></o:p>

    C’est une probabilité qui détecte les différences qui existe entre deux groupes<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    VI)      Risque α = 5%<o:p></o:p>

    Rejeter H0 quand elle est vraie<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    VII)   Risque β = 20%<o:p></o:p>

    Rejeter H1 quand elle est vraie<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    VIII)Critique de jugement d’une relation de cause à effet<o:p></o:p>

    Elle évalue une séquence dans le temps : l’exposition précède la maladie.<o:p></o:p>

    - force d’association : précision avec laquelle une variable peut permettre de prédire l’autre<o:p></o:p>

    - spécificité cause effet : présence cause chez tous les malades<o:p></o:p>

    - relation type dose/effet : plus il y a exposition plus le risque augmente<o:p></o:p>

    - évaluation constante association et reproduction : différentes méthodes mènent à la même conclusion<o:p></o:p>

    - plausibilité biologique : cohérence des mécanismes actions / facteurs<o:p></o:p>


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :