• Optique géométrique et ondulatoire<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    I) Introduction au domaine de l’optique<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    - La lumière est vue comme une onde électromagnétique, descriptible à l’aide du concept de photon, qui se propage à la vitesse de la lumière (c = 3.108 m/s) dans le vide.<o:p></o:p>

    - Les rayons lumineux ne peuvent se propager que dans les milieux transparents → v ≠ c.<o:p></o:p>

     

    - La vitesse d’une onde dépend alors de la permittivité ε et de la permittivité magnétique μ : v = c / (εrμr)1/2<o:p></o:p>

    - Dans un milieu non magnétique : v = c / (εr) 1/2 = c/n<o:p></o:p>

    - n est l’indice optique du milieu, et selon la loi de Cauchy, il augmente lorsque λ diminue : n(λ) = a + b/λ²<o:p></o:p>

     

    - Optique géométrique : les rayons lumineux d’un faisceau sont indépendants les uns des autres → vrai lorsque ces rayons se propagent dans des systèmes macroscopiques car le phénomène de diffraction est impossible.<o:p></o:p>

    - Optique ondulatoire : phénomènes de diffraction / interférence lorsque les rayons lumineux rencontrent une fente d’une taille proche de la longueur d’onde.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    II) Fondements de l’optique géométrique<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    - Principe de Fermat, postulat fondamental, montre que la lumière minimise le temps de propagation entre deux points : TAB = LAB/c<o:p></o:p>

     

    - A partir de ce principe découlent les lois de réfraction :<o:p></o:p>

     

                      → n1sinÏ´1 = n2sinÏ´2 et si la lumière se propage dans un milieu homogène (n1 = n2), alors Ï´1 = Ï´2<o:p></o:p>

                      → Loi de réflexion spéculaire : Ï´2 = 180 - Ï´1<o:p></o:p>

                      Loi de Snell Descartes : si n2 > n1 alors n2 est plus réfringent que n1<o:p></o:p>

    Lorsqu’on passe dans un milieu plus réfringent, l’angle avec la normale diminue, et lorsqu’on passe dans un milieu moins réfringent c’est l’inverse, avec possibilité de réflexion totale.<o:p></o:p>

                      → Réflexion totale : apparait lorsque É… = arcsin(n2/n1)<o:p></o:p>

                      → Prisme : spectroscope qui décompose la lumière avec une déviation différente des rayons selon leur λ.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    III) Dioptres et lentilles<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                A) Définitions<o:p></o:p>

    - Lentille convergente : bords minces, biconvexe // Lentille divergente : bords épais, biconcave.<o:p></o:p>

    - Convention : les rayons venant de gauche sont entrants et ceux allant vers la droite sont sortants.<o:p></o:p>

     

    - Objet : source de rayons entrants, réelle si située devant la face d’entrée du système optique.<o:p></o:p>

    - Image : source de rayons sortants, réelle si située devant la face de sortie du système optique.<o:p></o:p>

     

    - Stigmatisme : un point A passe par un point A’ via le centre optique → A et A’ sont conjugués.<o:p></o:p>

    - Aplanétisme : tout objet AB plan et perpendiculaire à l’axe optique possède une image A’B’ également plane et perpendiculaire à l’axe optique.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                B) Dioptre sphérique<o:p></o:p>

    - Défini par son centre C et sommet S → SC, rayon de courbure, varie selon le sens de propagation de la lumière : <o:p></o:p>

    ü  S→C = SC >0 (dioptre convexe).<o:p></o:p>

    ü  C→S = SC <0 (dioptre concave).<o:p></o:p>

    - La vergence du dioptre, en m-1, vaut D = (n’-n)/SC → si D<0, dioptre divergent et si D>0, dioptre convergent.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    - Objet A à l’infini → l’image A’ est située au foyer image F’ et SF’ est la distance focale image = f’.<o:p></o:p>

    - Objet A au foyer objet F → image A’ à l’infini et SF est la distance focale objet = -f.<o:p></o:p>

                      → D = (n’/f’) = -(n/f)<o:p></o:p>

                C) Lentilles minces<o:p></o:p>

    - La vergence d’une lentille est donnée par la relation :<o:p></o:p>

                      → D = (n’/p’)-(n/p) = (n’-n)/SC = (n’/f’) = -(n/f)<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Type de lentille<o:p></o:p>

    Objet<o:p></o:p>

    Image<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Convergente<o:p></o:p>

    Réel, avant F<o:p></o:p>

    Réelle<o:p></o:p>

    Renversée<o:p></o:p>

    Agrandie si OA > 2f<o:p></o:p>

    Réduite si OA < 2f<o:p></o:p>

    Réel, entre O et F<o:p></o:p>

    Virtuelle<o:p></o:p>

    Droite<o:p></o:p>

    Agrandie<o:p></o:p>

    Virtuel<o:p></o:p>

    Réelle<o:p></o:p>

    Droite<o:p></o:p>

    Réduite<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Divergente<o:p></o:p>

    Réel<o:p></o:p>

    Virtuelle<o:p></o:p>

    Droite<o:p></o:p>

    Réduite<o:p></o:p>

    Virtuel, entre F et O<o:p></o:p>

    Réelle<o:p></o:p>

    Droite<o:p></o:p>

    Agrandie<o:p></o:p>

    Virtuel, au-delà de F<o:p></o:p>

    Virtuelle<o:p></o:p>

    Renversée<o:p></o:p>

    Agrandie si OA < 2f’<o:p></o:p>

    Réduite si OA > 2f’<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    IV) L’œil et la vision<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    - L’œil est composé de : la cornée (n=1,38), l’humeur aqueuse (n=1,34) et le cristallin (n=1,41).<o:p></o:p>

    - L’essentiel de la réfraction a lieu entre l’air et la cornée.<o:p></o:p>

    - Le cristallin joue le rôle d’une lentille convergente qui peut ajuster la distance focale des rayons lumineux :<o:p></o:p>

                      → Accommodation.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    La vision est définie par deux points dans l’espace :<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    ü  Ponctum Proximum PP<o:p></o:p>

                 → Point de l’axe optique qui donne une image nette, accommodation au maximum.<o:p></o:p>

                 → Pour un adulte normal : PP = 25cm = 0,25m<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    ü  Ponctum Remotum PR<o:p></o:p>

                 → Point de l’axe le plus éloigné qui donne une image nette sur la rétine, au repos.<o:p></o:p>

                 → Pour un œil normal : PR = infini.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    - Vergence pour une accommodation maximale :          Dmax = (n’/p’) - (1/PP)<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    - Vergence au repos :                                                                          Drepos = (n’/f’R) = (n’/p’) - (1/PR)<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    - Potentiel d’accommodation :                                                                     ΔD = Dmax - Drepos = (1/PR) - (1/PP)<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    - Chez un sujet normal, ΔD vaut 4 dioptries et dépend de la rigidité du cristallin (qui augmente avec l’âge).<o:p></o:p>

    - Un œil qui ne présente aucun défaut visuel est dit emmétrope.<o:p></o:p>

    - Au contraire, un œil présentant des défauts est amétrope (souvent lié à des problèmes de réfraction).<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    - Exemple d’amétropies :<o:p></o:p>

     

    ü  Myopie : œil trop convergent, PR situé à l’infini verres divergents (à vergence négative).<o:p></o:p>

     

    ü  Hypermétropie : œil trop divergent, besoin d’accommoder pour voir des objets loin verres convergents.<o:p></o:p>

     

    ü  Presbytie : lié au vieillissement (fatigue des muscles ciliaires...) → lunettes nécessaires pour ΔD< 3dioptries.<o:p></o:p>

     

    ü  Astigmatisme : lié à un défaut de sphéricité de l’œil lentilles sphéro-cylindriques ou sphéro-toriques.<o:p></o:p>


    votre commentaire
  • Optique géométrique et ondulatoire<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    I) Systèmes optiques simples<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

                A) Loupe<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    - Modèle le plus simple (formé d’une lentille convergente), augmente le pouvoir séparateur de l’œil.<o:p></o:p>

    - En plaçant l’objet AB entre le foyer optique F et l’origine O, on aura une image virtuelle agrandie et de même sens que AB.<o:p></o:p>

    - Pour comparer deux objets de taille différente, on utilise l’agrandissement et l’angle sous lequel l’objet est vu.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    - La performance de la loupe est caractérisée par un grossissement : G = Ï´’/Ï´ = tan(Ï´’)/tan(Ï´) = PP/f’ = 0,25/f’<o:p></o:p>

    - La puissance de la loupe est caractérisée par l’inverse de f’, en dioptries : G = 0,25P<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

                B) Microscope<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    - Doublet de lentilles convergentes : objectif (première lentille que rencontreront les rayons lumineux) et oculaire.<o:p></o:p>

    - Mécanisme :<o:p></o:p>

                      → On place l’objet AB le plus près possible du foyer objet.<o:p></o:p>

                      → L’intervalle Δ (distance foyer image - image) doit être le plus grand possible.<o:p></o:p>

                      → On place l’oculaire de façon à ce que son plan focal coïncide avec l’image.<o:p></o:p>

                      → On obtient alors des rayons parallèles entre eux, ce qui donne l’impression que l’objet est à l’infini.<o:p></o:p>

    Solution la plus confortable pour l’œil<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    - Performance du microscope : G = tan(Ï´’)/tan(Ï´) = 0,25Δ/ (f’1.f’2)<o:p></o:p>

                      → peut être calculé indépendamment de la taille AB, mais dépend du PP, qui varie d’une personne à l’autre.<o:p></o:p>

    - Puissance :        Poculaire = 1/f’oculaire      //             Pobjectif = 1/f’objectif<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    - Limites de l’optique géométrique :<o:p></o:p>

                      → Lorsque la dimension d’un objet devient < 1μm, les détails ne sont plus résolus car la dimension de l’objet n’est plus grande par rapport à la longueur d’onde (quelques dixièmes de μm).<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    II) Interférences<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    - En optique, elles proviennent de l’addition de signaux sinusoïdaux présentant, entre eux, des différences de chemin optique ou de temps de propagation.<o:p></o:p>

    - Lorsqu’on mesure la lumière, on la mesure à travers l’intensité lumineuse, proportionnelle à la moyenne temporelle du carré des signaux électriques résultants.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

                A) Interférences provoquées par deux sources d’onde monochromatiques et synchrones (= en phase)<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    - Cas général :<o:p></o:p>

                      → On place un détecteur en un point M pour mesurer l’intensité lumineuse de deux sources S1 et S2.<o:p></o:p>

                      → Le champ magnétique au point M est le résultat de deux ondes à la forme sinusoïdale (S1→M et S2→M), dont les arguments dépendent du temps et de l’espace.<o:p></o:p>

                      → Intensité résultante au point M : I = 4I0.cos² [π.(δ/λ)], avec I0 = A²/2.<o:p></o:p>

    Dans cette formule, la dépendance est seulement spatiale, la notion de temps a disparu.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    - Cas où M est très éloigné, de sorte que les rayons issus de S1 et de S2 soient parallèles entre eux :<o:p></o:p>

                      → On suppose Ï´=Ï´’, et «a» est la distance entre S1 et S2δ=a.sinÏ´<o:p></o:p>

                      → On a alors I = 4I0.cos² [π.(a/λ).sinÏ´], avec sinÏ´=Ï´ et on obtient la période angulaire a/λ <o:p></o:p>

    /!\ Il faut que a soit de l’ordre de grandeur de λ car s’il est plus grand, on ne distinguera plus d’interférences /!\<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    - L’intensité lumineuse varie entre I0 et 4I0 avec des :<o:p></o:p>

                      → Franges claires, maxima de I dans des directions telles que sinÏ´ = kλ/a<o:p></o:p>

                      → Franges sombres, minima de I dans des directions telles que sinÏ´ = [(k+1)/2] . (λ/a)<o:p></o:p>

    - Si λ/a est assez petit, alors l’intervalle angulaire entre deux franges (sombres ou claires) est ΔÏ´ = λ/a.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    - Remarque :<o:p></o:p>

    ü  Pour les sources de lumière courante, les phénomènes d’interférence disparaissent à cause de leur asynchronisme = incohérence entre les sources.<o:p></o:p>

    ü  Pour obtenir des sources cohérentes, on utilise des dispositifs tels que le LASER ou les fentes de Young (source unique derrière un écran percé de fentes, qui seront alimentées de la même façon et constitueront donc des sources cohérentes).<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                B) Interférences dans les lames minces<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    - On éclaire un milieu transparent et mince délimité par deux dioptres avec une source monochromatique constituée de deux rayons → on observe des rayons qui subissent des réflexions directes (sans avoir traversé le milieu) ou indirectes (après avoir traversé le milieu), mais qui sont parallèles entre eux.<o:p></o:p>

                      → On obtient un phénomène de coloration.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    - Si la source est étendue et non chromatique, on aura des franges colorées à des positions différentes selon la longueur d’onde, et si l’épaisseur varie, les franges auront des couleurs différentes.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    - Couche anti-reflet :<o:p></o:p>

                      → Consiste à supprimer les phénomènes de réflexion, car si sur une surface une certaine intensité Ir est réfléchie, alors on perd une partie de l’énergie = loi de conservation de l’énergie (Ii = It + Ir) n’est plus vérifiée.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                      → Ir/Ii = [(n1-n2)²] / [(n1+n2)²]<o:p></o:p>

    Ex : n1=1 et n2=1.5 → On aura Ii [100%] = Ir [4%] + It [96%].<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                      → Pour supprimer la réflexion, on dépose sur la lame de verre une fine couche d’un matériau moins réfringent que le verre afin de produire des interférences négatives.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                      → Dans le cas où e=λ/4n, et donc δ=λ/2, on peut obtenir des interférences destructives qui vont permettre d’annihiler les deux ondes réfléchies : valable pour une valeur de λ (idéal : 500nm) et pour la couche anti-reflet, on utilise un matériau de n=1,38.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                C) Interférences à N sources = Réseau optique (bon spectroscope)<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    - On éclaire une plaque opaque percée de N fentes minces, espacées de a (=pas du réseau).<o:p></o:p>

    - Pour N=2 sources, la fonction est simplifiée et redonne une fonction en cos².<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    - Si on augmente le nombre de sources, 3 phénomènes apparaissent :<o:p></o:p>

                      → Les franges claires deviennent de plus en plus étroites (largeur des pics inversement proportionnelle à N) et presque ponctuelles si N augmente trop.<o:p></o:p>

                      → La position des franges claires reste la même.<o:p></o:p>

                      → L’intensité de chaque pic augmente : l’amplitude augmente au carré du nombre de sources (A=N²).<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    - Dans l’ordre k, le pouvoir de résolution d’un réseau optique est : (Δλ/λ)min = 1/(kN)<o:p></o:p>

    - N = taille du réseau/pas du réseau.<o:p></o:p>

    - Les maximum d’intensité se situent tous les λ/a, et λ/Na est la distance entre la première et la dernière source.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    III) Diffraction (lorsque l’ouverture de l’obstacle ≈ λ)<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                A) Principe de Huygens-Fresnel<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    - De l’autre côté de l’obstacle, la propagation des ondes peut être décrite comme celle d’une infinité de sources lumineuses disposées sur l’ouverture → On peut alors ramener le phénomène de diffraction à celui des interférences avec N = infini.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                B) Diffraction par une seule fente<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    - On place un écran au foyer image d’une lentille convergente → l’ensemble des rayons parallèles converge en un seul point sur le plan focal image → tâche centrale très lumineuse et tâches satellites moins lumineuses.<o:p></o:p>

    - La tâche centrale s’annule lorsque sinÏ´=2λ/b (2λ/b car la tâche centrale est symétrique, donc une moitié vaut λ/b).<o:p></o:p>

    - Plus la fente de largeur b est étroite, plus la tâche centrale est étalée.<o:p></o:p>

    - La position des tâches satellites dépend de la longueur d’onde.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                C) Exemples de manipulations physiques<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    ü  On fait passer de la lumière blanche à travers une fente → la figure de diffraction est perpendiculaire à la fente.<o:p></o:p>

    ü  La diffraction par une fente carrée est le produit des intensités diffractées par des fentes de même largeur.<o:p></o:p>

    ü  Figure de diffraction par un fil d’épaisseur b = figure de diffraction par une fente d’épaisseur b.<o:p></o:p>

                      → L/D = ΔÏ´ = 2λ/b (D : distance écran-fente / L : largeur de la tâche centrale)<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                D) Diffraction par une ouverture circulaire<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    - La tâche centrale possède alors une symétrie circulaire → tâche d’Airy.<o:p></o:p>

    - Première annulation de la fonction pour : sinÏ´ = 0,61λ/r<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                E) Diffraction par deux fentes<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    - Chaque fente diffracte l’onde incidente et les deux ondes interfèrent → multiplication de l’intensité que l’on aurait eu avec seulement une ouverture par la modulation caractéristique de l’interférence.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    IV) Pouvoir de résolution optique<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                A) ...Des instruments optiques<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    - A et B résolus lorsque A’ et B’ sont distincts / non résolus lorsque A’ et B’ sont confondus dans une seule tâche.<o:p></o:p>

    - Critère de Rayleigh : la distance angulaire entre les centres des images doit valoir au moins l’angle Ï´0.<o:p></o:p>

    - Pouvoir séparateur dmin d’un instrument optique : distance minimale entre deux objets ponctuels permettant encore de les distinguer, qui vaut dmin = 0,61λD/n’r<o:p></o:p>

    - Ces instruments ne peuvent révéler des détails de dimension inférieure à quelques dizaines de μm.<o:p></o:p>

    - Pour réduire le pouvoir séparateur, il faut réduire λ → pour cela on peut remplacer les ondes lumineuses par des ondes de matière (λ = h/mv = h/p et Ec = p²/2m).<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                B) Pouvoir de résolution de l’œil<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    - Résolution angulaire minimale : Ï´0 = λ/n’r<o:p></o:p>

    - La moyenne des individus possède une résolution angulaire minimale comprise entre 0,3 et 0,5mr (milliradians).<o:p></o:p>

    - Acuité visuelle de 10/10 est donnée pour Ï´0 = 0,3mr, c-à-d pouvoir distinguer, à 10m, deux points séparés de 3mm.<o:p></o:p>


    votre commentaire
  • Optique ondulatoire<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    - Les sources de lumières secondaires sont la plupart du temps des objets éclairés renvoyant ensuite la lumière.<o:p></o:p>

    - La lumière incidente (généralement supposée blanche) doit être réfléchie/diffractée par un objet pour voir une ou plusieurs couleurs.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    I) Réfraction et dispersion<o:p></o:p>

    - Dans l’optique géométrique, il existe un indice de réfraction n qui dépend de la longueur d’onde et permet la production de couleurs par réflexion et transmission à partir d’une source secondaire de lumière.<o:p></o:p>

    - Pour la dispersion, n devient l’indice de dispersion, qui dépend également de λ selon la loi de Cauchy.<o:p></o:p>

                      → Ainsi : λ↘ = n↗ = dispersion plus forte (ex : rayons violets plus déviés que les rayons rouges).<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    II) Arc-en-ciel<o:p></o:p>

    - Phénomène naturel le plus représentatif de la production de couleurs, produit par le fait que les rayons incidents provenant du soleil rentrent et sont réfléchis dans la goutte et repartent dans des directions dépendant de la longueur d’onde → gouttes d’eau = source secondaire (dans ce cas).<o:p></o:p>

    - Le soleil étant loin → rayons considérés parallèles et convergent dans la même direction surintensité.<o:p></o:p>

    - On voit les couleurs de manière bien localisée, sur un arc de cercle → on ne le voit pas partout.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    - Angle de déviation total : D = π + 2i - 4r<o:p></o:p>

      Angle de déviation géométrique (= angle supplémentaire de D) : A = π - D = 2i - 4r<o:p></o:p>

    - L’angle i varie entre 0 et 90° et A est fonction de i, de n et donc de λ : Loi de Snell-Descartes → sin(i) = n.sin(r)<o:p></o:p>

    - La courbe A =f(i) est monotone avec un maximum pour i=60° → A : max en 42° (rouge) et 40° (bleu).<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    III) Iridescence<o:p></o:p>

    - A l’origine de couleurs dues aux interférences (n sources) et non aux pigments (plumes d’oiseau...)<o:p></o:p>

                      → Production de lumière avec des variations d’intensité données par : sin(Ï´k) = kλ/a<o:p></o:p>

    - Des couleurs différentes vont se trouver à des positions différentes car la variation angulaire dépend de λ.<o:p></o:p>

    - Si chaque fente possède une certaine épaisseur b → tâche de largeur angulaire égale à : ΔÏ´ = 2λ/b.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    IV) Diffusion<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                A) Loi de Kirchoff<o:p></o:p>

    - Lorsqu’une source de lumière frappe un objet, 3 phénomènes peuvent avoir lieu → flux énergétique φ peut être :<o:p></o:p>

                      → réfléchi (= spéculaire = une seule direction) ou diffusé (= toutes les directions) = φr<o:p></o:p>

                      → transmis = φt<o:p></o:p>

                      → absorbé = φa , s’il n’y a pas d’absorption, alors le matériau est transparent.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    - Flux énergétique incident : φi = φr + φt + φa.<o:p></o:p>

    - Albédo : ϒ = φr/φi        / peut varier très fortement avec la longueur d’onde du rayonnement.<o:p></o:p>

    - Corps perçu comme blanc s’il réfléchit au moins 80% de la lumière incidente, et noir s’il en réfléchit moins de 3%.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                B) Diffusion de Rayleigh et de Mie<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Diffusion de Rayleigh<o:p></o:p>

    Diffusion de Mie<o:p></o:p>

    - Diffusion d’autant plus importante que λ est petit.<o:p></o:p>

    - Diffusion lorsque taille des molécules < λ/10.<o:p></o:p>

    - L’intensité est autant diffusée vers l’avant que vers l’arrière, mais moins forte sur les côtés.<o:p></o:p>

    Ex : la lumière bleue est 10x mieux diffusée que la rouge.<o:p></o:p>

    - Généralisation : diffusion pr les particules de tte taille.<o:p></o:p>

    - Pour taille <λ/10, diffusion peu dépendante de λ.<o:p></o:p>

    - Distribution + dissymétrique que ds le cas Rayleigh : fraction diffusée est d’autant plus faible que la particule est grande.<o:p></o:p>

     

                C) Les couleurs du ciel : bleu, blanc et rouge<o:p></o:p>

    - Bleu du ciel (Rayleigh) : λbleu est la plus faible → intensité lumineuse la plus forte pour l’œil humain.<o:p></o:p>

    - Blanc du ciel (Mie) : le ciel devient plus blanc lorsque les gouttes d’eau ont une taille >λ (blancheur des nuages).<o:p></o:p>

    - Rouge du ciel (Rayleigh) : soleil bas sur l’horizon → traversée plus importante d’atmosphère → perte des λ courts.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                D) Absorption et diffusion<o:p></o:p>

    - La couleur que l’objet n’absorbe pas sera la couleur associée à l’objet.<o:p></o:p>

         → Ex : lumière blanche sur une pomme rouge → absorption de toutes les couleurs sauf le rouge, qu’elle diffuse.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    V) Absorption et loi de Beer-Lambert<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                A) Absorption<o:p></o:p>

    Milieu d’épaisseur dl, rayon incident Iinc, rayon transmis Itrans = Iinc + di (négatif)<o:p></o:p>

    - Les photons du faisceau incident ont une proba d’être absorbés ou non, à chaque rencontre avec une molécule absorbante du milieu traversé.<o:p></o:p>

    - Loi de Beer-Lambert : Itrans = Iinc.exp(-K(λ).C.l)<o:p></o:p>

    - Absorbance : Aλ = K(λ).C.l<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                B) Diffusion et section efficace<o:p></o:p>

    Coeff de diffusion μs, nombre de diffuseurs par unité de volume Ns, section efficace de diffusion σ<o:p></o:p>

    - Faisceau incident : φin = I0.A                    //              Faisceau transmis : φout = (I0.A) - (I0s) = I0 (A - σs)<o:p></o:p>

    - Libre parcours moyen de diffusion = distance moyenne qu’on photon parcourt entre deux diffusions successives :<o:p></o:p>

                      → ls = 1/μs = 1/(Nss)<o:p></o:p>

     

                C) Conclusion<o:p></o:p>

    - Diffusion et absorption sont tous deux dépendant de λ.<o:p></o:p>

    - Dans une fenêtre de 400-1400nm, c’est surtout la diffusion qui prime dans les tissus par rapport à l’absorption.<o:p></o:p>

    - Absorption : fenêtre thérapeutique de 600-1000nm.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    VI) Photométrie<o:p></o:p>

    But : quantifier la puissance lumineuse émise par une source de lumière ou reçue par un objet éclairé, en tenant compte du fait que notre perception visuelle est sensible à la longueur d’onde du rayonnement considéré.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                A) Notion d’angle solide Ω [stéradian = sr]<o:p></o:p>

    - Il correspond à une ouverture Ï´ comprise entre 0 et 2π avec une dimension en plus : Ω = A/r² et 0 ≤ Ω ≤ 4π.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                B) Intensité lumineuse Iλ [Cd]<o:p></o:p>

    - Définie à partir d’une source ponctuelle monochromatique et donnée par : Iλ = Km . V(λ) . dφλ/dΩ, avec Km = 683.<o:p></o:p>

    - V(λ) : la fonction de visibilité, symétrique et centrée autour de λ=555nm avec pour bornes λ=400nm et λ=700nm, avec un maximum en 1 qui tient compte de la visibilité moyenne d’une personne donnée.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                C) Flux lumineux F [lumen = lm = Cd.sr]<o:p></o:p>

    = Puissance lumineuse sur l’ensemble des angles solides définis dans une région donnée de l’espace : F = I . Γ<o:p></o:p>

    - F tient uniquement compte de la puissance lumineuse perçue par l’œil grâce à la fonction de visibilité.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                D) Rendement d’une source lumineuse : r = F/P, en [lm/W]<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                E) Emittance M [lux = lm/m²]<o:p></o:p>

    - Mesure la puissance lumineuse par unité de surface dS d’une source lorsqu’elle émet un flux lumineux dans toutes les directions dF vers l’extérieur de la source : M = dF/dS. <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

                F) Eclairement E [lux = lm/m²]<o:p></o:p>

    - Notion réciproque de l’émittance lorsque l’élément de surface dΣ est considéré comme un récepteur : E = dF/dΣ.<o:p></o:p>

    - 1lux = éclairement produit par une source d’intensité 1Cd, dans un angle solide d’1sr, dont le flux lumineux = 1lm.<o:p></o:p>


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique